La cruralgie est une douleur intense située dans la jambe. Près du nerf sciatique, dans les cas les plus graves, elle peut provoquer une paralysie, surtout autour du genou et du pied.

La cruralgie, ou douleur lombaire droite, est une douleur aiguë causée par la compression de l’une des deux racines du nerf fémoral. Ses symptômes, ses causes et son traitement sont très proches de ceux de la sciatique, car les deux proviennent d’une inflammation d’un nerf présent dans la région lombaire (bas du dos). Seul le chemin de la douleur diffère.

Moins fréquente que la sciatique, la cruralgie est cependant plus douloureuse. Elle touche surtout les personnes de plus de 50 ans. Voici ce qu’il faut savoir sur comment soigner une cruralgie.

Symptômes de la cruralgie

La cruralgie est une douleur intense qui commence dès le début de la cuisse et le long du nerf fémoral. Elle part des racines lombaires, contourne la moelle épinière et se déplace le long de la cuisse. Elle contrôle la contraction des muscles et la sensibilité de la face antérieure de la jambe et termine dans le pied.

Dans certains cas, des parties du corps sont partiellement ou complètement paralysées, comme le genou, le talon ou la pointe des pieds. C’est ce qu’on appelle la cruralgie paralytique. La pression exercée sur le nerf peut également causer des dommages irréversibles.

Causes de la cruralgie

La cruralgie est souvent d’origine non infectieuse. Elle peut être due à un rétrécissement du nerf fémoral par une hernie discale, à l’altération du disque vertébral suite à une usure générale ou à l’arthrite, à une détérioration de la colonne vertébrale comme une scoliose ou un rétrécissement du canal lombaire.

Dans les cas les plus graves, la cause de la cruralgie peut être une spondylodiscite. Il s’agit d’une infection grave des disques vertébraux et d’une urgence médicale qui doit être traitée immédiatement. La présence d’une tumeur dans une vertèbre lombaire peut également compromettre le nerf fémoral.

Comment soigner une cruralgie : traitement

Comme dans le cas de la sciatique, la première chose à faire est d’organiser une période de repos absolu de deux jours. En effet, le fait de rester trop longtemps au lit peut affaiblir les muscles du dos qui soutiennent la colonne vertébrale et donc entraîner le processus de guérison.

Un traitement médicamenteux peut être prescrit par un médecin dès l’apparition des symptômes afin de limiter la douleur. Elle repose principalement sur la prise de paracétamol et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens. Si la douleur est trop intense, des analgésiques à base de morphine peuvent également être proposés.

Si après deux ou trois mois, le traitement n’a pas beaucoup d’effet, un médecin peut demander des examens complémentaires comme une IRM ou un radiogramme de la colonne vertébrale. Une intervention chirurgicale peut être suggérée par la suite, selon la cause de la cruralgie. Il peut s’agir d’un élargissement du canal lombaire, de la fixation de la colonne vertébrale ou de l’ablation de la hernie discale. Ces opérations peuvent être réalisées en chirurgie mini-invasive, ce qui réduit les complications postopératoires.

Les traitements de la cruralgie

Pour éviter une longue exposition à la douleur, il est essentiel de savoir comment soigner une cruralgie. En cas de cruralgie liée à une hernie discale, le traitement comprend d’abord le repos, les analgésiques, les anti-inflammatoires administrés en doses suffisantes et suffisamment longtemps parfois associés à des relaxants musculaires. Le traitement médical dure généralement de 6 à 8 semaines. Beaucoup d’échecs et de récidives sont à cet égard dus à une insuffisance thérapeutique.

Parfois, une ou plusieurs injections locales de corticostéroïdes (infiltrations épidurales) sont nécessaires pour soulager la douleur et l’inflammation. Le traitement analgésique doit également être adapté au niveau de la douleur avec, si nécessaire, des dérivés de la morphine.

Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

Une fois la crise aiguë passée, la physiothérapie est également très utile, notamment par l’apprentissage des mouvements du dos, par l’entraînement aux poids (abdominaux, rachidiens et quadriceps).

Chez les personnes en surpoids, la perte de poids peut réduire le stress sur les vertèbres. Dans certains cas de cruralgie traînante ou récurrente, la douleur peut évoquer une douleur nerveuse provoquant une douleur dite neuropathique qui nécessite alors un traitement spécifique ne faisant pas appel aux analgésiques habituels, mais à d’autres médicaments tels que les anti-inflammatoires, les épileptiques et/ou les antidépresseurs à faible dose ayant également la propriété de réduire ce type de douleur.

Quoi qu’il en soit, la pratique régulière d’une activité sportive, le maintien d’une musculature correcte, la gestion des mouvements sont fortement conseillés au cours d’une cruralgie, comme une sciatique, afin d’éviter les récidives.

Enfin, certaines hernies discales, qui peuvent provoquer une cruralgie, peuvent être d’origine professionnelle en relation avec des charges lourdes ou l’exposition à des vibrations, une assise prolongée. C’est alors le médecin du travail qu’il est important de contacter pour d’éventuels soins professionnels.